Fermer
Transcrire
Transcription terminée

22 /

Dimanche, 4 sept.- Nous sommes venus, le matin, Charles, Edouard et moi à la Roche-Jaune pour ensuite déjeuner au manoir de Kerhoz, en Kerborz. Je note ces qques particularités de l'itinéraire. A partir de Penvénan, il faut remonter assez longtemps peut-être 3 Km la route de Plougrescant jusqu'à une espèce de village bordant la route. La route de la Roche-Jaune prend un peu plus loin, à droite. Cette route s'appelle l'Entrée de Lezhiliry et devait être en effet une magnifique avenue conduisant à ce château qui devait être la première demeure seigneuriale de cette région - C'est une large route herbeuse d'une grande majesté de désolation. Elle descend tout de suite à droite, au fond d'un vallon, le seul qui traverse ds toute sa longueur cette péninsule de Plougrescant. Puis, de l'autre côté de la vallée, elle remonte tout droit et aboutit au chemin vicinal de Plouguiel à Plougrescant. - Ns prenons ce chemin à gauche jusqu'à la 1ère route champêtre qui s'ouvre à droite et qui tourne le petit vallon mystérieux ombragé de pins, d'où l'on aperçoit l'Enfer de Plougrescant.

Arrivés à la Roche-Jaune à midi, ns avons grimpé, après le passage, le chemin de Kerbors. Le bourg visible ns prenons le chemin qui va de Kerbors au Port-Béni. A 500m du bourg, s'ouvre à gauche de ce chemin l'entrée du manoir de Kerhoz qui est un des plus anciens manoirs et des mieux conservés de la région. Délabré, mais grandiose. Voici le porche de la vaste cour : à gauche une ancienne maison de maitre, style XVIIIe siècle, avec des appartements décorés de boiseries, qui ne servent plus qu'à loger des patates et à coucher des domestiques, paillasse par terre. Au fond, le corps principal de deux styles : la partie S. est féodale, avec de vieilles grandes fenêtres à rhunes ; elle est continuée par une partie nord