Fermer
Transcrire
Transcription terminée

29

Le matin de départ (on part à mer haute), on arrive dans des charrettes qui contiennent les coffres, les hommes et les femmes et qqfois les enfants. On boit un coup en attendant l'heure du départ et pour dire adieu au pays. On est tous plus ou moins paf au moment de gagner le quai. Tout le monde vient accompagner ses parents jusqu'au navire. Ce sont des embrassades a n'en plus finir. Enfin, il faut s'arracher. Les hommes montent à bord et le navire s'ébranle à la pleine mer pour aller prendre mouillage au Croix-Chenal, dans la rade de Paimpol. Autrefois, dans le pays de Port-Blanc quand les Islandais du pays étaient pour partir, tous les matelots faisaient dire une messe commune à la Chapelle et tout le parage y assistait.- Un vapeur remorque les navires en rade. Là on passe la nuit, espérant l'aube pour le départ, si le temps est favorable. Ordinairement le capitaine va dire adieu à l'armateur le matin du départ, en canot, de la rade, et c'est à voir tout le monde essayer de se précipiter dans le canot pour le conduire, c'est à qui l'accompagnera une fois encore à terre : on se bat même pour cela. Dès que le capitaine est revenu, le pilote monte à bord (Il y a des pilotes et des auxiliaires aspirants pilotes qui viennent de partout pour ce jour-là) et on lève l'ancre, on hisse la voile, et le pilote guide le navire jusque dans le nord des Heaux de Bréhat, à dix ou douze milles au large de ce phare.