Fermer
Transcrire
Transcription terminée

49 (avançons)

que bout de cette balancine, sont deux mèches d'environ une brasse et demie (2m50) munies chacune d'un hameçon énorme. On amarre cet hameçon avec de la couenne de lard, des morceaux de linge rouge, n'importe quoi, (la morue n'est pas difficile et elle est vorace). Puis, quand on a pris du poisson, des flétans qui parfois pèsent jusqu'à 400 Kilogr. on se sert de leur peau pour amorcer les lignes. Les premiers poissons pêchés servent toujours d'appât. La meilleure boète, c'est de la boète de loup. Ce loup est un poisson à dents énormes qui coupe le fer rongé avec ses dents. 49

Pour pêcher on a des espèces de mitaines que l'on fabrique avec un molleton résistant, un molleton blanc, dont chaque homme reçoit au départ un mètre. Ces mitaines en bourrelets deviennent quelquefois si dures, à force de glace, qu'on voit les matelots les apporter à dégeler dans le four de la cuisine ou dans de l'eau tiède. Ces lignes sont extrêmement lourdes à soulever : on a vu des mousses manquer d'être enlevés par leurs lignes. Quand il y a deux morues qui ont mordu à la fois, on appelle cela une ramée.

Quand on a pris un poisson on commence par lui couper la langue avec le fameux couteau