Fermer
Transcrire
Transcription terminée

nuit et de nouveau se relève, reprend sa montée dans le ciel. Quand il fait calme en cette saison, il fait des chaleurs lourdes. mais, par ces ardeurs mêmes, tout à coup vous voyez une risée courir sur l'onde et vous pouvez tout de suite chercher vos vêtements de froid si vous ne les avez pas sur vous, car il recommence à glacer.

Pendant que l'on pêche, on chante, si le poisson mord, mais on entend aussi plus d'un blasphème, quand la morue vous échappe au moment où vous la hissez et que vous n'avez pas sous la main la gaffe pour la rattraper. Les morues qui remontent des fonds sont plus farouches que celles des fonds : elles frétillent à vous arracher la ligne des mains.

Vers juillet, avec les soleils plus ardents, viennent aussi les brumes, des brumes si épaisses qu'on ne se voit pas d'un bout à l'autre du navire et qu'on ne distingue pas la pointe des mâts dans le ciel. Pendant la brume on n'est pas censé faire route : le bâtiment reste en travers et il est alors comme s'il était mouillé. Quand on entend une corne, c'est que c'est un navire sans voiles qui fait route. Alors le bâtiment qui est en travers sonne la cloche, toutes les vingt