Fermer
Transcrire
Transcription terminée

64

Le pardon de Saint-Sauveur a lieu le 25 avril. Le vrai patron de la chapelle, c'est Saint Marc qui vint d'Angleterre dans une auge, c'est son pardon qu'on célèbre. Ce jour là, la procession part de Pleumeur, vient à la chapelle. On vient de partout, ce jour là, apporter de l'orge au saint : il y a un bahut, une arche, dans la chapelle pour recevoir ces offrandes. on lui apporte aussi du lin. On vend ensuite ces offrandes sur la croix, dans le cimetière.

Autrefois, il y a avait à l'île Grande, de grosses mouches qui dévoraient le monde. Alors vint St Marc pour les chasser. C'est pourquoi il y a une grosse mouche en bois aux pieds de la statue dans la chapelle.

Après la soirée passée chez Marie-Yvonne Roparz, veuve Mallet, et gâtée par l'intervention de l'horrible mégère débraillée qui lui sert de mère, nous sommes allés dans la nuit vers la maison de Michel Le Bail où nous devons coucher. Force nous est de frapper longtemps, enfin mon nom nous fait ouvrir. Comme on fait la buée toute la nuit, je demande à aller voir les buandières : elles sont là, dans une maisonnette, quatre ou cinq femmes de l'île, très accueillantes et qui tout de suite me donnent des renseignements circonstanciés sur la vie des pauvres gens dans l'île.

Pendant l'été, à partir de juin jusqu'à la fin de septembre, elles vont cueillir du goémon blanc, du lichen, ce même varech qu'on appelle Jargod au Trévou, Corail au Port-Blanc et Pitrouillès à Plougrescant. Elles louent une gabarre à 8 ou 10 ou davantage, en donnant chacune 40 sous et vont