Fermer
Transcrire
Transcription terminée

87

Eisteddfod.– Le départ.– Ns sommes arriv à St Malo avec Cloarec, le vendredi, 14 juillet 1899, à dix heures et demie du soir. La Bretagne que j'avais traversée dans toute sa diagonale m'avait souri par toute la verdure déjà un peu plus foncée de ses vallées, de ses bois, de ses landes et de ses plaines, comme si elle m'eût chargé de tous ses vœux pour le berceau lointain vers lequel je m'acheminais. Bonne journée, le lendemain à St Malo. — Lionel Radiguet et Jaffrennou sont arrivés en Bretons.– Marches et contre-marches dans la journée pour apprêter le départ. - Corfec, Vallée, et Le Gonidec de Tressan, Cavalier et le photographe Hamonic arrivent dans la journée. A huit heures et qques minutes du soir, nous sommes tous réunis sur le quai Châteaubriand, où le Southwestern, qui est le steamer qui doit nous emporter, est à quai. On charge des pommes de terre, et maintenant voici les passagers. Nous nous embarquons tous les neuf (chiffre celtique) et le Southwestern commence à virer de bord. M. Le Gonidec me désigne les points qui défilent à notre droite et à notre gauche. Le soir est complètement tombé : il ne reste ds le fond occidental qu'une large bande éclairée au-dessus de la mer ; ns sortons du bassin : derrière le môle apparaissent le fort du Petit-Bé, — puis le dos du Gd Bé se montre, bombant sa croupe noire : il est majestueux et funèbre, très imposant en somme : je songe au gd mort qui est là, et voudrais emporter un peu de sa pensée.— Plus loin, voilà Cézembre avec son poste de douaniers et ses quelques canons ; tout cela sur l'emplacement de son ancien couvent de cordeliers, qui jadis paissaient, paraît-il, leurs troupeaux sur les lieux mêmes où ns passons aujourd'hui. Le littoral ici s'est fort affaissé.– A notre gauche, voici la Cité de St Servan, dite la Cité Aleth. Là débarqua jadis Malo ou Manto, et ce ne fut que plus tard que le siège de l'évêché fut transporté sur la pointe Aron.- Devant nous, non loin de Cézembre, se dresse la tour en pierre du phare du Jardin ; dont le feu doit rester allumé nuit et jour. Elle n'est pas creuse.—