Fermer
Transcrire
Transcription terminée

4 Lewis et ne parlent que gaélique. Quand quelques uns d'entre eux viennent à Lewis, ce qui est rare, ils sont étonnés de voir tant de monde.

Il y a qque quatorze ans, dit Martin toujours, une invasion de rats se fit à Rona, sans qu'on sût comment, et en un clin d’œil dévorèrent tout le blé de l'île. Peu de mois après, des marins y abordèrent et raflèrent les taureaux des pauvres gens. Ces meschefs et le manque de secours de Lewis pendant l'espace d'une année causèrent la ruine de cette vieille race. Le steward de St Kilda ayant été jeté là par une tempête me dit qu'il trouva un femme avec son enfant sur son sein tous deux morts au pied d'un rocher. Quelques année plus tard le ministre (à qui appartient l'île) y envoya une nouvelle colonie, avec le matériel nécessaire.

Dr Macculloch, " the stone doctor ", écrit 1811-1821 : " La surface est verte, ça et là couverte d'un gazon épais, excepté là où il est entrecoupé par les cultures de quelques acres... Certainement s'il y a sur terre ou sur mer un lieu où l'on puisse éprouver le sentiment de la solitude absolue et du complet abandon, c'est à Rona... Aucun navire ne se montre en vue. Dans le phare le plus solitaire, le concept de société, de communication avec l'humanité, est maintenu par l'occupation journalière d'alimenter et de raviver cette étoile-pilote qui induit d'autres à penser à l’ermite dont la tâche est de veiller sur cette lampe