Fermer
Transcrire
Transcription terminée

33 Plus un arbre n'ombrage la fontaine : un seul, maigre et miteux, avec ses branches à moitié dégarnies se tient debout, en avant d'elle, dressant sa mélancolique silhouette sur le ciel, comme le cierge funèbre de la source. - Ce n'est plus Concoret ici, paraît-il, mais Paimpont. De même Rozenec est en Mauron. La propriétaire du Roz, c'est Mme Raimbouville (une veuve - ce qui me rappelle un souvenir du voyage d'amérique) Un léger vent s'est élevé ds le silence et fait monter en plainte douce le murmure des pins - Les premières fougères, avec leurs feuilles encore en crosses - A la ferme, la bonne nous fait boire un pichet de cidre et, ns apprend qu'il y avait naguère une croix près de la fontaine et qu'on se rendait là en pèlerinage pour avoir la pluie. Aujourd'hui on va à la fontaine de St Mathurin, près du Roz - (Il y a un St Mathurin en prêtre, ds le transept de droite de l'église de Paimpont). - Mauron, église en colombier, par delà un vallon vert, sur le haut d'une crête, de l'autre côté de la voir ferrée de Ploërmel - Le gros bourg de Mauron - A Rozenec, le domestique se plaignait que les gens de ce Morbihan fussent " de sacrés sauvages qui ne connaissent pas leur politesse ". Comme je lui demande si on parle breton, il rit - " Cependant, me dit-il, il est venu ici des charbonniers qui parlaient drôlement. J'ai pourtant bien voyagé, mais je ne comprenais pas un mot de leur parlement. " Le chemin de fer électrique, qui relie la mine à Mauron passe presque à toucher la ferme de Rozenec. Pour la fontaine, la prononciation locale est Beranton. - La Trinité-Porhoët est à un peu plus de 20 km de Mauron.