Fermer
Transcrire
Transcription terminée

34 L'étrange ville et l'étrange église de la Trinité-Porhoët. C'est demain, dimanche de la Trinité, le Pardon : aujourd'hui c'était la foire et, tout le long de la route, ce n'était qu'une procession de gens et d'animaux. Noté, en particulier, une belle fille, qui avait reçu un coup de soleil dans les cheveux, et qui menait par le joug une paire de bœufs. L'église, si curieuse, est en pente, et semble grimper le flanc du côteau. La tour en dôme et carrée, est placée sur le centre de la croix que forme l'église : elle a 4 lucarnes, une à chaque coin, et le Dôme est surmonté d'un petit édicule en bois supportant l'unique cloche. Beau porche ouest. En entrant, à droite, chapelle en contre-bas où un grand cadavre de Christ est couché sur une tombe. Deux chandelles brûlent à ses pieds, et tout un carré de chandeliers l'entoure. Cela s'appelle, paraît-il, le tombeau du St Esprit. - J'avise un homme, véritable trapézite, assis à une table qu'on a apportée dans l'église pour la circonstance, et où il inscrit des noms sur une liste, avec un monceau de pièces blanches auprès de lui. C'est l'homme chargé de recevoir l'argent des messes et des offrandes. Dans le bas-côté gauche, statue en marbre, très moderne (puisqu'elle est de 1886) et très barbare tout ensemble, représentant l'image traditionnelle de la Trinité (Père Eternel avec une barbe comme Benoiste et l'air d'avoir quarante ans : le St Esprit-Colombe, et le Fils entre les genoux du Père). - Maître-autel très beau, mais caché par l'autel nouveau, avec des entrelacs et