Fermer
Transcrire
Transcription terminée

42 de la colline du fond (Caurel sans doute) juste au dessus des bois verts qui moutonnent sur la colline la plus rapprochée. Le rempart de pierres frustes faisant le tour de la butte ; l'entrée, le chemin descendant par où une femme vient, avec sa fillette, pour aller faire ses dévotions à la chapelle. On dit ici : Santrez Tréfîn, non Triphina. - Eglise de St Aignan : arbre de Jessé.

La chapelle de Ste Suzanne. - Dans les peintures de la voûte : " Peint par Roch P. Delaporte, 1723. " En face (côté gauche) : F. faire par V et DM. Yves Le Berre, grand V. de .... ". Tout cela est à demander à Lemare. - Sainte Suzanne dans une boîte vitrée, au-dessus d'une vitrine plus grande contenant un navire à voiles. - Vieille sculpture en bois représentant les scènes de la Passion, en neuf panneaux extrêmement curieux, appendus contre le mur du transept de gauche. - Près de l'autel de ce transept, à droite, statue de Sainte Catherine, la main droite appuyée sur un glaive nu, avec la tête d'un roi couronné sous son pied gauche. A gauche du maître-autel (face au spectateur), statue de Sainte Suzanne " restaurée par les soins de Turin Ropert, fabrique, 1882 ". Des rubans de chevelures, multicolores et fanés, sont suspendus à un porte-chandelles implanté par une tige de fer dans le socle sculpté de la niche de la sainte. Lui faisant pendant, une admirable statue de St Roch, avec un petit ange qui lui panse le genou