Fermer
Transcrire
Transcription terminée

55 femme riche, mais qui se désespère de n'avoir pas d'enfants est venu ici avant hier, dimanche, pour faire le pèlerinage de la Vénus, et celui de N. D. du Roc, qui est tout à côté, ds un rocher, et qui passe pour avoir mêmes vertus. Et la femme de son ami a fait des prières devant l'une et devant l'autre Vierges, si j'ose m'exprimer ainsi. Seulement l'ancien rite ne s'accomplit plus, celui qui consistait à se plonger toute nue dans le bassin -

L'Hôtel du Commerce est au coin de la place et a vue sur les 2 églises. De la fenêtre, je vois la calvaire indéfiniment long planté sur une sorte d'autel de pierre le long de la tour : il a bien dans les 15 mètres, et est en bois peint en vert, damasquiné de cœurs en flamme et de couronnes. - En face de l'Hotel, un marchand de cycles et automobiles, qui s'appelle P. Le Bras - Les corner's boys du lieu se donnent rendez-vous sur le trottoir bas, au coin de l'hôtel, et y tiennent leurs séances, le matin et le soir, assis sur le trottoir ou agenouillés - Baud sur une colline, dont les rues et ruelles dévalent de tous côtés - Grâce extraordinaire des femmes morbihannaises. Noblesse élégante du port et de la démarche. Charme des coiffes, des fichus et des robes amples - noires et velourées - grâce du haut tablier lui-même. Scène d'amour à laquelle j'ai assisté hier soir du balcon à glycine de la chambre. Nom des gens de l'hôtel : Robert-Pouligner. Ils ne sont ici que depuis 2 mois, et les bonnes aussi sont récentes, en sorte qu'elles ne savent rien sur le pays.