Fermer
Transcrire
Transcription terminée

61 elle, Jeanne de Montfort était une méchante femme, et dépravée, - une sorte de Dahut ou de Marguerite de Bourgogne, qui faisait venir dans la tour de beaux hommes avec qui, " elle prenait son plaisir " après quoi, elle les faisait disparaître ds les oubliettes. Elle ns fait entrer dans une pièce qu'elle appelle " la salle des Condamnés à mort " , où l'on voit, encore scellés ds la pierre du parquet, les anneaux où l'on passait la barre de fer pour la double boucle - " comme ds les navires ". Puis elle nous mène dans la salle des supplices dont " défunt Troquet a fait murer le parquet au milieu duquel s'ouvrait jadis une sorte de puits communiquant avec la rivière où les condamnés étaient jetés sur des " couteaux ", des espèces de faux tranchantes scellées à l'intérieur du puits. Ces faux découpaient les condamnés dans leur chute, en sorte qu'ils arrivaient au fond du puits dépecés en quartiers que la rivière emportait. - La reine qui commandait de telles horreurs méritait un supplice exemplaire. - Je ne suis qu'une pauvre femme, mais je ne voudrais pas être mise là où fut mise Jeanne de Montfort, me dit notre guide septuagénaire. Et, nous faisant descendre ds une basse-fosse, que seule éclaire sa bougie fumeuse, elle nous montre, accrochée au mur une chaîne de fer que termine un carcan de fer, une sorte de ceinturon sans fermeture. Autrefois, cela se fermait avec un cadenas, nous dit la vieille, - et voilà ce que Jeanne de Montfort a porté longtemps à sa taille, au-dessus de ses blancs de gueuse.