Fermer
Transcrire
Transcription terminée

63 notre gauche, le bourg de Kervignac, toujours avec les gds clochers de pierre de cette région, immenses éteignoirs). La fenêtre du chœur avec rosace gothique, très belle, a été condamnée. La tour qui supporte la flèche est hexagonale et la flèche aussi. Petit ossuaire au N. dans l'angle du transept et du chœur, avec bénitier portant la date de 1817. Cimetière négligé, herbe haute et foisonnante. Ouvriers d'Auray en train de placer une tombe. Ciel orageux ; tonnerre. Je relève sur une tombe : " Marie-Jeanne Kerner, veuve de feu François Uhel ". Le porche Ouest, très beau aussi, et du même style que les autres. Cloche extérieure suspendue au-dessus des garrides, au-dessus du cadran, et sur laquelle un marteau frappe l'heure : il sonne quatre heures pendant que je prends ces notes. Le Bourg est sur une légère élévation et tout entier groupé autour de son église. - Nous suivons la route d'Erdéven et de Belz, mais ns laisserons Belz à notre gauche. - La patronne de l'église est N. D. de Pitié, et le pardon a lieu en Septembre. Au sortir de Merlevenez, ns entrons proprement ds le pays funèbre : il y a qque chose de plus sombre ds la teinte générale des choses. Nous approchons du gd cimetière qui fut peut-être le lieu de ts les grands ensevelissements de la Bretagne d'avant l'histoire. Le pays s'aplatit, se tapit, se dénude aussi, devient une espèce de plage terrienne avant les plages marines. Peu de bois, ou des bois sombres, des pins - cultures médiocres et pauvres , des landes, des landes à l'infini, où le genet fleurit, où l'ajonc est encore