Fermer
Transcrire
Transcription terminée

66 roseaux, mais plus mince, et plus pâles, plus bleuâtre, poussant une tige longue et juteuse, comme celle des orchidées et s'épanouissant en hauts thyrses à fleurette formées de quatre groupes de pétales en croix, de teintes blanches et roses. Ces fleurs s'érigeant ainsi de toutes parts, font penser vraiment aux champs d'asphodèles des légendes helléniques. Nous en cueillons, Mme Gostling et moi, et nous portons chacun la nôtre jusqu'à la fin de ce pèlerinage aux terres de la mort. Il s'agit de trouver le dolmen de Crucuno. Comme ns traversons le hameau vieux et triste (gdes maisons de chaume, d'aspect ancien, à un étage, avec beaux escaliers de pierre taillée, extérieures, avec porte en dessous, peut-être pour une crèche ou un lieu de décharge, ou une cave, nous avisons un gamin de ce hameau (Triono), lequel s'appelle, m'apprend-il, Pessel Louis ; il sait qques mots de français, parce qu'il va, de temps à autre, en classe à Erdeven. Sa mère était en train de sarcler des oignons, ds le courtil, derrière sa maison, - une de ces maisons d'ici qui, selon la remarque si juste de Mme Gostling, n'ont pas l'ait d'habitations humaines, mais de demeures, d'une espèce spéciale,