Fermer
Transcrire
Transcription terminée

71 En arrivant à l'hôtel des voyageurs à Carnac, où j'écris ces notes sur les onze heures du soir, - j'ai demandé comment on appelait la fleur dont je rapportais un spécimen. Et les femmes qui prenaient du café dans la cuisine m'ont répondu en riant : - Ici nous appelons ces fleurs-là des prêtres, - en breton : beléion. Ce mercredi, 29 mai 1907. Réveil, ce matin, sur les 6h1/2 dans la petite chambre mansardée, à boiseries peintes en gris, du 2e étage de l'Hôtel des Voyageurs à Carnac. Glas à l'église pour les services. Retentissement de la cloche funèbre sur le grand pays - Temps gris, chargé de nuages : c'est bien le temps qui convient, pour visiter les alignements pourvu qu'il ne pleuve pas trop. Grand vent qui ronfle autour de l'autel. Petites sœurs blanches, à la démarche confite, sortant de la communion et traversant la place. - Hier, découvert ici Prat, ancien receveur des contributions directes à Tréguier, épaissi, enviandé, la face tourné à celle d'une brute, avec des couleurs violentes. - En face de l'hôtel, enseigne de Corvec, sabotier, avec un sabot jaune vif, à bec très recourbé, à la façade. Dans le cimetière, en contre-bas du bourg, à gauche de la route descendante, plantée de tilleuls : " Salomon Perrune, décédé à Ti-Er-Lanne " : " Mie Jph Erdeven " : " Ici repose le corps de Messire Louis Cadic, né à Noyal-Pontivy, en 1829, Recteur de Carnac, de 1877 à 1896 - Priez pour que le pasteur et ses ouailles se retrouvent ensemble au Paradis ". 4 tombes de recteurs ainsi au pied du