Fermer
Transcrire
Transcription terminée

78 Le bateau à voiles tannées (couleur peau, ce qui, au dire du docteur les fit prendre pour des peaux par César), qui ns conduit à Gavr'Innis, s'appelle la " Zélie " et a pour patron et pour pilote le nommé Catibouët. Nous passons devant l'île Renaud qui appartient à un comte de l'Hérault, de Paris. En face de moi, sur Locmariaker, est la maison à tourelle que Fleuriot a fait construire et où il vit désormais de ses rentes, ayant perdu sa tante, et est visité de temps à autre par son frère, qui est capitaine ds l'armée. - Temps gris, lourd de nuages, sans pluie, avec quelques déchirures horizontales de bleu pâle, eau vert glauque Ns longeons la pointe de Lomikêl, avec une maison isolée, toute blanchie à la chaux, même le toit, - un ancien corps de garde de la Douane. Le père de Layec était capitaine des Douanes : il est aujourd'hui à la retraite. - Nous allons empanner, hein ? dit le patron à son matelot. - Et il fait changer la voile bord pour bord. Sur la droite, l'Hôtel des Iles, à Larmor, " trop grand pour le pays, - pas assez de monde ", me dit Catibouët - Et il y en a du courant, là où nous passons, de véritables plateaux de mer frisante. Le village de Larmor-Baden, à gauche de l'Hôtel des Iles. Catibouët a navigué dix ans à bord de la Princesse Alice, le yacht du Prince de Monaco. - A Gavr'Innis : la ferme au bord de la mer, dans la petite anse où nous débarquons : une maison de ferme et une vieille maison de maître (celle-ci avec un étage et 2 fenêtres) bout à bout et regardant Larmor-Baden. Une vieille allée d'ormes rabougris, mais qui résistent néanmoins, forme une avenue verte et gazonnée