Fermer
Transcrire
Transcription terminée

80 Sur une enseigne, à Auray : Vve Guhur. - La route d'Auray à Vannes, pleine de côtes, montées et descentes, - mais toujours le pays noir, de teinte sombre, un je ne sais quoi de tragique répandu partout ou peut-être émanant de partout. Un vallon étrange, mystérieux et l'air coupable : une eau sombre, luisant des clartés mélancoliques du soir, un peu avant Aulaffren (est-ce le nom du village ?) Une croix de salut, sur un des sommets culminants de l'immense paysage déjà crépusculaire, à 8 km encore de Vannes. Puis l'arrivée à l'Hôtel du Dauphin sur les huit heures. Et je reviens sur mes impressions de Carnac qui sont vraiment ma grande acquisition d'aujourd'hui : Carnac et Le Rouzic. Ce pays s'exprime dans cet homme, et cet homme incarne ce pays. Je le verrai toujours, dominateur, vrai maître de ce domaine, roi des Pierres, des menhirs et des dolmens, interprète de leur éloquent silence, génie de toute cette région funèbre, prêtre et pontife du Dieu Lug dont le culte plane sur tous ces parages et leur donne leur signification profonde, immémoriale, infinie. C'était lui qui, du geste, commandait au chauffeur, lui indiquant les routes,