Fermer
Transcrire
Transcription terminée

82 de périmètre sacro-saint, du Sanctus Sanctorum ; vous exposait pourquoi un voisinage de cette enceinte, lieu de la célébration du culte, les menhirs (votifs peut-être) étaient plus grands et plus beaux, tandis qu'ils allaient en diminuant, à mesure qu'on s'éloignait du cromlec'h ; vous introduisait dans les allées couvertes ; vous les démontait à la lettre, se plantait dans la chambre principale, comme le pontife du lieu, vous énumérait quelles cendres on y avait trouvées, ou pourquoi il n'y avait pas de cendres, et que le charbon rencontré n'impliquait pas nécessairement que l'incinération avait eu lieu là, - mais qu'au contraire l'incinération se faisait en plein air et que ce n'était qu'ensuite qu'on ramassait pêle mêle charbon du bûcher et ossements mal calcinés pour les déposer dans les sépultures... etc... etc... Toute une civilisation ressuscitait ainsi de tout ce pays cimétériel, à la voix de cet apôtre des âges de la pierre et du bronze, dont l'intérêt s'arrête aux Romains, ne franchit pas l'ère gauloise. Car de quel main méprisante ne nous désignait-il pas dans son Musée - son Musée, cependant, - les vitrines contenant les objets gallo-romains ! - Les choses romaines ne m'intéressent pas, nous déclarait-il.