Fermer
Transcrire
Transcription terminée

103 et par où s'écoule l'eau jaunâtre. J'y ai fait la découverte d'un autre étang beaucoup plus petit, mais très encaissé, enveloppé de toutes parts par la verdure et dominé sur sa rive orientale par de hauts remparts de terre couronnés d'un bouquet d'arbres en promontoire plus élevé, où se dresse en particulier un chêne d'une hauteur et d'un élan magnifiques. Tout ce promontoire donne l'impression d'une butte artificielle, et je ne serais pas étonné qu'un château-fort se soit dressé là, - dont toute la vallée étroite et creuse qui l'enserre, hormis d'un côté, aurait été la douve. Je suis revenu par l'autre route qui aboutit au village, venant des Forges. C'étaient sans doute ces Forges qui produisaient les grands coups sourds que j'entendais par intervalles, comme d'une espèce de tonnerre lointain. Il fait ciel un peu chargé de nuages, mais avec des éclaircies de soleil, et vent frais. - Les fillettes s'en allaient en classe au couvent, par la chaussée, comme je revenais vers l'hôtel. Dans la forêt, vers le Pas-du-Houx, Armand Bigot écorceur. - Ns avons suivi le chemin vert, la ligne à travers la forêt, depuis la ferme qui est sur la route de St Malon. Le sentier rouge au milieu de la voie herbeuse, entre les deux ornières ; les éclaircie du bois ; les jeunes pins aux branches partant toutes en cercle du même point, jalonnant les deux côtés de la route comme des candélabres où les jeunes pousses figuraient les flammes. La route droite, en perspective lointaine, avec tout au fond une clarté, - un clarté d'eau : l'étang du Pas du Houx.