Fermer
Transcrire
Transcription terminée

Parthenay. Vendredi 4 aout 1882

Mon Révérend Père

En arrivant à Parthenay, je trouve poste restante votre aimable lettre et j’y réponds immédiatement. Je vous suis très reconnaissant de vouloir bien me communiquer votre correspondance avec Quicherat. J’en tirerai parti, sinon pour le travail pour les archéologues de Château Thierry, au moins pour un petit travail à part. Mon travail à été lu a Ch.Th. dans la séance de la société de mercredi dernier. J’y ai écrit à Bressuire dimanche matin le passage qui vous concerne spécialement. Je vous avais déjà mentionné à propos des archéologues mis en lumière par Quicherat. J’y suis revenu avec détails à propos de son caractère, de ses idées religieuses. J’ai dit que Quicherat oubliait la haine religieuse quand il était en présence d’un prêtre éminent par ses travaux ou auteurs de découvertes importantes, que le détail le plus commun que l’on pouvait citer à ce sujet c’était ses relations