Fermer
Transcrire
Transcription terminée

Niort 11 février 84

Révérend & cher Père

Les nouvelles que vous avez eu la bonté de m’annoncer m’ont fait le plus grand plaisir. Cela réussira et la Revue poitevine & saintongeaise chantera votre triomphe.

Je crois qu’il est trop tard maintenant pour envoyer la réponse à Hild à tous les membres de l’Académie des Inscriptions. Si vous aviez su cela au mois de juillet, oui. – mais aujourd’hui, non. Hild est enterré. Ne profanons pas sa tombe. Un de profundis et pas davantage.

Me permettez vous d’attendre pour parler de l’Hypogée que les maîtres l’aient jugé ? – Quand vous viendrez à Niort nous causerons de tout cela.

J’ai été très occupé tous ces temps derniers par la revue Lacuve. Toutes les sociétés sont