Fermer
Transcrire
Transcription terminée

1

Sortie des 1, 2 et 3 janvier 1943 (Diourbel, Tienaba, Thiès)

J'ai obtenu du Directeur du Personnel de faire le "pont" du Vendredi au lundi, ce qui me permettra d'aller prospecter Diourbel au point de vue préhistorique. Grâce à l'obligeance de M. Monod, j'ai pu prendre, à l'aller comme au retour, la micheline du Soudan, comme "chargé de mission". Cela fait plus "sérieux". Descendu 9h chez Attaly, Administrateur-adjoint, frère du Procureur Général. Milieu très sympathique. Diourbel doit être une des rares escales où les Européens ne sont pas divisés en clans ennemis. Mais tout ce qui précède n'est pas bien préhistorique. Diourbel est bâti au bord d'une ancienne rivière, qui n'a d'ailleurs jamais dû être bien puissante, le Sine. Si à Diourbel même la pente est bien accusée, il n'en va plus de même en amont, où j'ai traversé le thalweg de la rivière en le prenant pour un affluent sans importance. La ligne est jalonnée de puits et l'eau se trouve