Fermer
Transcrire
Transcription terminée

4

Plus loin, traces d'anciens villages (perles bleues, poteries) masquées par des peuplements plus importants de baobabs. Pays relativement boisé

Au coude la voie, à 6 km de Diourbel, je quitte ce fil d'Ariane dans l'intention de rejoindre Dekési, où la carte au 1/100 000 : porte de nombreux puits, donc des possibilités d'humanité primitive. Je franchis le thalweg sans me douter que c'est là le même Sine que la vallée bien accusée de Diourbel. A peine un mouvement de terrain dans ce pays monotone parsemé de gommiers dans les champs de mil. De Dekesi, je rebrousse chemin quand je m'aperçois de mon erreur. Autre tumulus dans un des villages de Tiali et un autre très important, de 7 à 8m de haut, sur

[croquis]

la rive sud du Sine, près du village de Tiangué, situé sur le bord même de la vallée, près d'une mare presque à sec dans le lit de la rivière. De là, je suis le lit du Sine jusqu'à Diourbel. Rien. Rien. Rien. (préhistoriquement parlant)