Appuyez sur “Entrée” ou cliquez sur l'icône de recherche pour afficher les résultats.

Déchiffrages en attente

Informations complémentaires

Ressources liées

Révision

Instructions
Cette révision est marquée comme complète.
Ligne 1 : Ligne 1 :
Il va de soi qu'après cette réponse un peu  
+
Il va de soi qu'après cette réponse un peu suffisante, je n'ai pas continué mes observations et n'ai pas parlé des deux marches pallières
suffisante, je n'ai pas continu mes observations
+
qui sectionnent l'abside dans toute sa largeur. J'aime cet architecte et je tiens à ne pas lui être désagréable, n'ayant du reste dans la circonstance, aucune mission pour la restauration de cet édifice.  
et n'ai peu parlé des deux marches pallières
+
Quant à la question de Sanxay, je vous dirai que le Secrétaire Général est en congé jusqu'à la fin du mois, que le Préfet n'est à son poste que depuis quelques jours, et que ni le premier (très dévoué à l'affaire et la connaissant parfaitement), ni le second (qui n'en connait pas le premier mot) ne m'ont fait aucune ouverture à son sujet depuis votre visite.  
qui se trouvent [l'abside?] d'une [illisible] sa  
+
J'ajouterai que depuis le moment où l'Etat est devenu acquéreur des ruines, elles sont tellement livrées au pillage, comme vous l'aura dit Formigé, si vous lui en avez parlé que les visiteurs en sont indignés et que leur conservation deviendrait vraiment difficile si on ne prenait de suite des mesures efficaces.  
largeur. J'aime cet architecte et je tiens à  
+
Afin de vous rendre plus facile ces mesures à prendre, je vous écrit une lettre toute officielle au sujet de la situation de ces ruines ; vous pourrez la soumettre à l'administration et vous faire ainsi soutenir par elle. Je la joins à celle-ci.  
ne pas lui être désagréable, n'ayant de [r?]
+
Ne prévoyant pas encore l'époque de mon prochain voyage à Paris, je vous serre bien affectueusement la main.  
dans la circonstance, aucune mission pour la  
+
Croyez de nouveau, cher Monsieur, à l'expression de mon affectueuse reconnaissance et de mon respectueux dévouement en N S.
restauration de cet édifice.  
+
C. Cx
Quant à la question de Sanxay, je vous dirai  
 
que le secrétaire général est en congé jusqu'à  
 
la fin du mois, que le Préfet n'est à son
 
poste que depuis quelques jours, et que ni le
 
premier (très dévoué à l'affaire et le connaissant  
 
parfaitement), ni le second (qui n'en connait
 
pas le premier mot) ne m'ont fait aucune  
 
ouverture à se sujet depuis votre visite.  
 
J'ajouterai que depuis le moment où
 
l'Etat est devenu acquéreur des ruines, elles sont  
 
tellement livrées au pillage, comme vous  
 
l'avez dit Formigé, si vous lui en avez parlé  
 
que les visiteurs en sont indignés et que leur  
 
conservation deviendrait vraiment difficile si on  
 
ne [prenait?] de suite des mesures efficaces.  
 
Afin de vous rendre plus facile ces
 
mesures à prendre, je vous écrit une lettre  
 
toute officielle au sujet de la situation  
 
de ces ruines ; vous pourrez la [soumettre?]
 
à l'administration et vous faire ainsi
 
soutenir par elle. Je la joins à celle-ci.  
 
Ne prévoyons pas encore l'époque de mon
 
prochain voyage à Paris, je vous serre  
 
bien affectueusement la main.  
 
Croyez de [illisible], cher Monsieur, à l'expression de
 
mon affectueuse reconnaissance et de mon respectueux dévouement.